GAËLLE BOUCAND

JJA

HD I 50min I 2012

-

SYNOPSIS

EN — An 85-year-old man who lives remotely in his luxurious estate tells the story of his economic success and the reasons for his exile in Switzerland. His tale encompasses several conflicts that have set him against people who were more or less close to him, and alternately displays one day to another, throughout each corner of his residence. This film is the first part of a trilogy, a kaleidoscopic portrait of a singular character.

FR — Un homme de 85 ans, isolé dans sa luxueuse propriété, raconte l'histoire de sa réussite économique et les raisons de son exil en Suisse. Les multiples différends qui l'opposent à des personnes plus ou moins proches scandent son récit, qui se déploie en alternance d'un jour à l'autre, d'un bout à l'autre de sa résidence. Ce film est le premier volet d'une trilogie, portrait kaléidoscopique d'un personnage singulier.

-

TRAILER

-

Direction
GAËLLE BOUCAND

Cinematography & Sound
GAËLLE BOUCAND

Editing
LILA PINELL & GAËLLE BOUCAND

Sound mixing
NICOLAS MALLET

Color correction
THE POST REPUBLIC

Executive production
redshoes I SOMESHOES

-

AWARDS

Prix Qualité du Centre National du Cinéma et de L'Image Animée
Grand Prix Special Mention I FID MARSEILLE I French competition
Grand Prix I COTE COURT Pantin I Experimental competition
Prix ARTE Creative I Festival HORS PISTES

-

LINKS TEXTS I PRESS

Entretien avec OLIVIER PIERRE (FR)

Texte de NICOLAS FEODOROFF (FR)

Text by NICOLAS FEODOROFF (EN)

Interview with EMILIE BUJES (EN)

"JJA ce sont avant tout les initiales d’une personne qui endosse avec talent son plus beau costume, celui d’un héros revenu victorieux des batailles économiques gagnées par son camp, le monde libéral. Mais désormais, il est isolé dans sa forteresse et observe le désert qu’il a créé, attend un ennemi qui ne viendra plus et passe peu à peu à son tour sur la liste des blessés et autres portés disparus. Et à la fin de cette fable, car c’en est une, nous découvrons que certaines batailles ne fabriquent que des perdants."
Jean-Charles Hue